• Chaines algébriquement constructibles I

    — Hélène Pennaneac'h

    26 octobre 2001 - 14:00Salle de séminaires IRMA

    On construit différents complexes de chaînes pour une variété algébrique réelle ; d'abord des complexes de chaînes que j'appelle k-algébriquement constructibles, qui sont à coefficients modulo 2 ; il y a alors une suite de morphismes entre les groupes d'homologie obtenus en dimension d, pour k variant entre -d et 0 ; pour k=0 c'est l'homologie de Borel-Moore. Le k mesure en quelque sorte le degré de constructibilité algébrique des chaînes, c'est-à-dire à quel point on peut les considérer comme des sommes de signes de polynômes. Ensuite pour d'autres raisons (voir exposé du 9 novembre), on a besoin de la notion de chaînes algébriquement constructibles, cette fois-ci avec des coefficients entiers. Il faut introduire des orientations dans la définition.